Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 07:39

C'est en théorie une randonnée de cyclotourisme qui n'est pas forcément comprise par certains comme telle. Je ne voulais pas mettre le feu cette année comme l'an passé et rouler un bon moment seul mais je me suis, comme on dit à Marseille "Engacé" avec un "G.I." (gros idiot), pas de nom mais ça commence par Mar.., le gars retraité roule pas mal et vient sur la randonnée pour le montrer, il dynamite dès le départ et un groupe se forme, prend de l'avance et neutralise un motard qui assure la sécurité. La veille à la réunion de calage, Claude mon tonton et Grégoire me disent de ne pas attaquer avant Badens au kilomètre 6 et surtout de mettre la pâté au GI qui vient faire le costaud avec eux toute l'année.

Petit résumé des deux jours, le samedi, je pars dernier, je discute quelques kilomètres avec mes cousins venus faire le spectacle et je remonte les groupes pour plaisanter un peu et voir les clubs représentés. J'arrive en tête je m'arrête pour attendre mes cousins et refait le mouvement de montée du paquet pour retrouver les premiers et là, le groupe du GI a déjà mis la chaudière en route et pris le large, je roule 25 kms à plus de 35 kms pour les rejoindre avant le ravitaillement . Je vais chercher les cousins et à mon retour le GI est déjà parti. Je fais le retour sur l'avant et reviens sur eux. Dans un petit raidillon avant le ravitaillement intermédiaire je lâche le groupetto du GI, je roule à bon train jusqu'en haut de la bosse de Pardailhan et je discute avec les motocyclistes vant de redescendre prendre de l'argent à St Pons de Thomières et revenir sur le parcours pour prendre le dejeuner à St Pierre d'Albagnac et encore une fois le GI vient me provoquer, après le déjeuner dans les premiers hectomètres de la montée du col du Poirier, je prends mon rythme et me retrouve vite seul. J'arrive à 13h55 au village Azureva, le groupe avec le GI arrive avec 25 minutes de retard, concédés dans les 35 derniers kilomètres.

Deuxième étape de la 11ème édition, je pars dernier seul 4 cyclistes reste au village, les conditions météo et la difficulté de la veille ayant fait des dégâts. Je discute avec le dernier grupetto et remonte gentillement le peloton avant de me retrouver avec un petit paquet qui m'annonce qu'un groupe est parti au taquet. Je me remets en chasse et je retrouve mes comparses au kilomètre 37, je me fais chaudement brancher par GI qui me demande de ne pas foutre la merde, je ne réponds pas et seulement 4 kilomètres plus tard sur l'attaque d'un cycliste de Trèbes, je remets une couche et me retrouve à nouveau seul devant, je suis pris sous une averse (Pierre m'avait annoncé une fenêtre, l'an prochain je ne lui poserais pas la question) j'arrive au ravitaillement avec quelques minutes d'avance, complètement frigorifié. Je repars rapidement, après 3 kilomètres un motocycliste me rattrape pour m'indiquer que j'ai pris la mauvaise direction, retour sur le circuit et on enquille les kilomètres seul, la montée à partir de Mazamet jusqu'au Martys est longue et monotone, je me fais engueuler par ma chérie qui assure les ravitaillements intermédiaires car je roule trop vite !!! J'arrive à 11h45 à Saissac pour le déjeuner, pas de grupetto pas de GI. Je les croise à 12h25 à l'entrée du village et je descends doucement vers Trèbes, je reprends quelques gouttes vers Salsigne. Arrivée pour mois à 13h35. Je retourne chez mes parents pour la douche et rejoins Claude et Grégoire les deux copains qui assuraient le transport des bagages. Le groupe du GI arrive vers 14h30.

Conclusion : je ne suis pas particulièrement fier de ma randonnée que j'aurais pu faire plus doucement avec mes cousins mais malgré tout je suis content d'avoir donné une leçon au GI et du grain à moudre à mes vieux camarades du CT Trèbes qui vont chambrer copieusement toute l'année le GI.

Débriefing du Laouzas
Débriefing du Laouzas
Débriefing du Laouzas
Débriefing du Laouzas
Débriefing du Laouzas
Débriefing du Laouzas

Partager cet article

Repost 0
Published by il piccolo diavolo
commenter cet article

commentaires